Hayya Camara, doublement victime

A 13ans, elle quitte sa famille paternelle pour se réfugier chez sa tante
Le mariage précoce est devenu une pratique quotidienne aujourd’hui dans nos différentes sociétés. Une situation qui préoccupe bon nombre de la population particulièrement les jeunes filles qui sont données en mariage avant l’âge normal.

Une fille doit avoir l’âge de 18ans avant qu’elle ne soit mariée selon le code civil guinéen. Mais de nos jours, le constat révèle que cette situation rentre dans le cadre de la violation des droits de la femme.

Hayya CAMARA, est une jeune fille âgée de 15ans. Elle a fui son village Benna pour venir habiter à Citya dans la famille de sa tante maternelle. En 2015, alors qu’elle avait juste 13ans, son papa a décidé de la donné en mariage à un homme qu’elle n’a jamais aimé. Elle s’est opposée à la décision de son père et depuis, elle a choisi de vivre loin de ses parents.
A cet après midi de ce vendredi, la jeune fille au teint clair est au champ avec sa tante et autres femmes du village. Habillée en body violet et en pagne multicolore, Hayya est assise sur une bassine entre d’autres femmes plus âgée qu’elle.

La jeune fille au visage souriant se sent bien ici, dans cet environnement qui lui est paisible. Elle nous raconte son histoire sans le moindre complexe. «Ca fait deux ans, je suis à Citya ici au près de ma tante. J’ai quitté ma famille à l’âge de 13ans à cause du choix de mon père auquel je n’ai pas obéi», explique-t-elle.

Ne voulant pas nous raconter toute la scène, elle sourit un peu en baissant la tête. Les femmes qui l’entourent l’encouragent à poursuivre son récit. Hayya renchérit. « Mon papa voulait me contraindre à épouser un jeune homme que je n’aime pas. J’ai réfugé. Il m’a dit qu’il va me frapper tant que je vis dans sa famille. C’est à l’issu de cette tractation que j’ai pris la fuite».

La jeune fille au visage d’enfant n’a pas le choix, aujourd’hui, elle vit à Citya. Elle fait la couture et part au champ avec ses tantes. Dans ce village de Citya, Hayya CAMARA se rend dans les Bas fond de Wontamba où elle aide ses tantes à faire la culture des légumes.

A l’entendre, on sent son envie de retourner au près de ses parents biologiques notamment sa maman qui lui manque, mais elle ne peut pas y aller à cause de son refus du mariage forcé et précoce que son papa voulait l’imposer. «Je suis très mal à l’aise de vivre longtemps loin de ma maman, car, quand j’ai pris ma décision, elle a été la seule qui m’a soutenue », se lamente la jeune fille aux cheveux courts.

Sourire aux lèvres, Hayya CAMARA n’a pas autre solution. Elle est ferme sur sa décision. Elle n’épousera pas un homme qu’elle n’aime pas. Le code civil guinéen est pourtant clair, pour qu’une fille soit mariée, elle doit avoir 18ans. Dans ce cas présent, il faut préciser qu’il y a eu violations des droits de la femme dont la Guinée a ratifié et s’est engagée à protéger.

Aboubacar Siddy DIALLO
Yaya SACKO

Publicités